Pourquoi pratiquer le Tae Kwon do?

Petite mise en relief




Un art martial, peut-être. Mais pourquoi le Taekwondo?


Que m’apporte la pratique de cette discipline?

UN SPORT OLYMPIQUE OUVERT À TOUS

Venu de Corée, le Taekwondo – littéralement “la voie des pieds et des poings” - est un sport moderne qui s’adresse à toutes les catégories de personnes. Art martial de tradition millénaire, le Taekwondo est une force d’épanouissement pour ses pratiquants et cultive un esprit d’ouverture. Illustration de sa capacité d’évolution, le Taekwondo devient sport olympique de démonstration en 1988 aux Jeux de Séoul, discipline olympique à part entière en 2000, et rassemble 124 athlètes aux Jeux d’Athènes en 2004. Si la compétition sportive est le premier vecteur médiatique de ce sport de contact spectaculaire, la pratique du Taekwondo offre un champ d’évolution personnel pour chacun. En effet, le Taekwondo peut être pratiqué dès l’âge de 5 ans et se poursuivre sans limite d’âge.

LE RESPECT DE SOI ET DES AUTRES

Le Taekwondo se définit comme un art de combat mais marque sa différence dans la recherche permanente d’un équilibre personnel. Le but ultime étant de permettre au pratiquant de vivre mieux en harmonie avec son environnement. Courtoisie, loyauté, persévérance, maîtrise de soi et combativité sont les valeurs fondatrices du Taekwondo.

Elles participent ainsi à la lutte contre les incivilités. Les dojangs (salles d'entraînement) sont donc des espaces d’échange et de convivialité entre les individus toutes générations confondues.



"La sécurité"

Le Taekwondo a été le premier art martial a avoir développé et imposé un équipement de protection complet préservant l’intégrité physique des pratiquants. Aujourd’hui, le Taekwondo connaît le plus faible taux d’accident des sports de contact.

PLUS GRAND NOMBRE ... HOMMES, FEMMES, ENFANTS: UNE MÊME PASSION UN SPORT ÉDUCATIF OUVERT SUR LA VILLE...


LES DISCIPLINES DU TAEKWONDO

• Poomsés : les formes

• Kiourigi : le combat

• Han bon Kiourigi : un pas combat, (self-défense statique)

• Ho shin sool : le self-défense

• Kiokpa : la casse


Par sa diversité technique, le Taekwondo se prête à toutes les pratiques.


Ainsi, plus de 30 % des pratiquants sont des pratiquantes qui profitent à la fois de la richesse de l’art martial – de son bagage de self-défense – et des bienfaits d’une pratique gymnique exigeante.

La souplesse, la tonicité musculaire et la concentration sont naturellement développées par une pratique régulière. Les enfants comme les adultes trouvent dans la pratique du Taekwondo une activité permettant de résister au stress de la vie moderne.

Le Taekwondo offre une voie d’épanouissement pour tous les enfants : chacun y trouvera l’occasion de développer ses qualités physiques personnelles et d’acquérir le goût de l’effort et de la persévérance. Codifié, il cultive le respect de la règle, de l’adversaire et enseigne l’humilité.

Enfin, par la simplicité des infrastructures nécessaires (pour débuter l’activité, une simple salle peut faire office de Dojang), le Taekwondo est un « sport tous terrains » qui peut être facilement accueilli dans des collectivités disposant de moyens limités.



Avec plus de 30 % de pratiquantes le Taekwondo prouve son ouverture sur la mixité.


Depuis sa création en 1995, la FFTDA a connu une croissance exponentielle (+ 300 %) et des résultats sportifs exceptionnels (2 médailles aux Jeux d’Athènes 2004 et deux médailles aux derniers Championnats du Monde, pour ne citer que cela !).

Ces résultats ne sont pas le fruit du hasard mais ceux d’une politique fédérale structurante axée sur le haut niveau. Aujourd’hui, notre sport atteint sa phase de maturité sur le territoire national. L’objectif va être de le faire découvrir au plus grand nombre sans trahir les valeurs qui ont fait son succès.

Cet exercice d’équilibre entre tradition et modernité passe par une présence renforcée de la fédération auprès des clubs et des enseignants, l’adaptation de l’offre des compétitions et des manifestations sportives aux attentes des publics et des pratiquants. Ces challenges, nous les réussirons avec tous les pratiquants, enseignants, dirigeants et partenaires qui partagent les valeurs du Taekwondo, pour construire le devenir de notre sport.

LE TAEKWONDO EN CHIFFRES

• 160 pays affiliés à la fédération internationale

• Plus de 40 millions de pratiquants à travers le monde

• 900 clubs affiliés en France

• 50 000 licenciés en France

• Plus de 30 % de femmes


LE TAEKWONDO EN QUELQUES DATES


1961 • Fondation de l’association coréenne de Taekwondo

1969 • Introduction du Taekwondo en France par le maître Lee Kwan Young

1973 • Premier championnat du monde de Taekwondo à Séoul

1980 • Reconnaissance du Taekwondo comme discipline olympique par le CIO

1988 • Le Taekwondo est sport de démonstration aux Jeux Olympiques

1995 • Création de la Fédération Française de Taekwondo

2000 • Pascal Gentil devient le premier médaillé olympique français de Taekwondo

2004 • Doublé français au JO d’Athènes:


UNE STRUCTURE AU SERVICE D’UNE AMBITION LA VIE DANS NOTRE SOCIETE


Ho shin soul ou self défense

Notre fédération intègre dans sa pratique et son enseignement une part de savoir-faire concernant la défense personnelle. Cette désignation sous-entend tout un ensemble de techniques directement applicables dans des situations d’agression pour lesquelles il est utile et urgent de savoir réagir avec efficacité.

Le HO SHIN SOUL faisant appel à toutes les techniques du taekwondo olympique (sport de combat), mais aussi à celles des Poumsés et du Hanbon Kieurougui (art martial), est donc à la portée de tous les pratiquants. Jusqu’à présent, il avait tendance à rester une « appellation » et il n’était pas répertorié selon un programme et des contenus objectivés.

La commission HO SHIN SOUL s’est donc attachée dans un premier temps à identifier le plus grand nombre de situations d’attaque exigeant des défenses précises, simples mais efficaces. Attaques sur saisies, sur coups de poing, coups de pieds, avec armes (bâtons), puis des ripostes en esquives, dégagements, blocages, clés, coups de pied/poing amenées et contrôles au sol.

Il convenait de présenter les contenus de cette forme de pratique intégrée aux passages de grades (1er, 2e, 3e, 4e Dans). Ces savoir-faire sont à présent bien identifiés et présentés avec des phases explicatives sur cahiers, photographiées sur CD et filmées sur DVD.

La commission poursuivra son action en formant les DTR et les enseignants de toutes les régions de France, en veillant à ce que les programmes soient enseignés et évalués de la même manière, afin de préserver l’uniformité des savoirs et des enseignements ainsi que les exigences des différents jurys.

Les programmes des passages de grades étant forcément restrictifs, il conviendra de continuer vers une approche plus exhaustive de toutes les situations de défense personnelle permettant des réponses plurielles et variées pour une même forme d’attaque, en fonction de l’âge, de la couleur de ceinture, de la morphologie, des habiletés, etc.